Terminus Le Havre

"Donc je vais à Rouen, c’est mieux que Paris mais je ne sais pas descendre du train à Rouen,

 j’arrive au terminus, Le Havre"

(Jean,  demandeur d'asile)

 

Christian Tardif a recueilli au Havre des récits de migrants, de demandeurs d'asile ou de réfugiés statutaires.

" Quatre d'entre nous ont obtenu le statut des réfugiés. Ce n'est pas le cas de Jean. Nous ne sommes pas de trop à prendre la parole pour lui : l’homme est le plus mal placé pour parler du sommet de son crâne… Les histoires des uns sont les histoires des autres. »

Chaque personnage révèle des bribes de sa propre histoire afin de mieux plaider le cas de Jean, à qui le droit d'asile est refusé. Au fil des différents parcours, nous découvrons petit à petit l’ambigüité de Jean, ses incohérences. La construction de cette fiction à cinq voix, s'inspire directement des récits recueillis au Havre. L'écriture repose sur la manière de dire, le rythme, la prosodie, les caractéristiques de chaque personnage, leurs traits d'humour. Christian Tardif met en lumière des parcours singuliers, souvent occultés par des statistiques et des discours truffés de généralités. Des personnes se dessinent dans toute leur universalité, en résonance avec des bribes de mythes et de contes.

 

Christian Tardif, écriture, récit.
Praline Gay - Para, aide à l'écriture, à la mise en scène.

 

Le texte est publié aux éditions PARADOX « Conteurs en scène ».

 

Coproduction Commédiamuse / Espace Rotonde. Festival de Fresquiennes & Caux.

Soutiens : Ville du Havre, Conseil Général de Seine-Maritime, Drac Haute-Normandie et Région Haute-Normandie.